PROCHAIN DÉPART LE 04 JUIN 2017, SOIT DANS
jeudi, 17 septembre 2015 00:00

La douche à Serre-Che

Samedi 12 septembre 14 heures, je pars en compagnie de Pascal en direction de Serre-Chevalier où je dois le courir le lendemain. Pascal ne court pas puisqu'il est blessé, mais il a gentiment accepté de m'accompagner. Face aux conditions météo annoncées (pluie, froid, risque d'orage ...), les organisateurs ont préféré mettre en place deux jours plus tôt les parcours de repli. Pour moi, ce sera donc 28 km et 1800D+, sans passer par les crêtes ou les cols les plus exposés. Et notre arrivée à Serre-Chevalier confirme les prévisions. Le ciel est bas et il ne fait pas très chaud. Mais ce n'est rien à côté de ce qui se met à dégringoler en milieu de nuit. Et au réveil, à 6h du matin, les choses ne se sont pas vraiment calmées. Les concurrents du grand parcours (46 km et 3600D+) viennent de partir sous des trombes d'eau, avec la frontale.
Je descends donc déjeuner avec un léger doute sur le sens d'une course en montagne dans ces conditions. Mais de retour dans la chambre, Pascal me fait une séance de motivation express. A 7h25, c'est donc parti pour un petit échauffement réduit à sa portion congrue. Et c'est vrai qu'une fois sous la pluie, finalement, on s'habitue. Mais bon, visiblement, tout le monde n'a pas dû trouver ça drôle puisque sur 350 inscrits, seuls 240 se présentent sur la ligne de départ, les autres ayant visiblement préféré faire l'impasse.

depart serre che  ligne serre che

8h, fini de rire, cette fois, il faut se lancer. J'en vois déjà devant qui partent (et qui finiront) comme des balles. En ce qui me concerne, je pars prudemment, surtout qu'on rentre tout de suite dans le vif du sujet avec 1000D+ sur les 8 premiers kilomètres. Rapidement, je fais abstraction de la pluie et commence à déplier mes bâtons pour adopter un rythme sur lequel je me sens à l'aise. Malheureusement, on est rapidement sur une monotrace en sous-bois, où il est très difficile de doubler et où des coureurs marchent, y compris si la pente se radoucit. J'en double un ou deux, mais ronge mon frein un peu trop souvent. Enfin, on sort du sous-bois et la trace s'élargit, on peut doubler facilement et se concentrer sur son propre rythme. Et pour ne rien gâcher, de temps en temps, on commence à apercevoir un sommet en face, où la neige vient juste de tomber. Le sentier monte désormais de manière ininterrompue et la pente se raidit de plus en plus. Le froid commence également à s'accentuer et me saisit les mains (les gants, c'est mieux dans la poche évidemment). On arrive enfin au col de Buffère à 2427m, où se situe le 1er ravitaillement.
Là, les bénévoles ne doivent pas rigoler, parce que le lieu est exposé au vent et il ne fait vraiment pas chaud. Je prends de quoi remplir le moteur et c'est parti pour une première descente jusqu'au refuge de Buffère. Elle est relativement technique, avec pas mal de pierres mouillées et tout le monde fait donc très attention à ne pas glisser et partir dans le décor. A partir de là et pour un bon moment, on se trouve dans la vallée de la Clarée, où je suis venu plusieurs fois passer des vacances en famille. Et c'est un vrai bonheur de courir sur ces chemins empruntés en randonnées, dans un lieu que je trouve toujours aussi joli. Mais bon, fini de rêver, après le refuge de Buffère et un sentier balcon en sous-bois, il faut retourner au charbon pour atteindre le col de Cristol à 2484m. La pluie commence à se calmer, mais on se trouve dans la partie la plus boueuse du parcours. Impossible de l'éviter. J'ai bien cru y laisser une chaussure à une ou deux reprises. Par endroits, le sentier s'est transformé en torrent et on a droit à un bon bain de pied, une vraie thalasso quoi. On passe devant le lac de Cristol et il reste un dernier « mur » à gravir dans la brume pour atteindre le col.

brouillard serre che

Et là, qu'est-ce que j'entends ? Qui est-ce que je vois ? Mais oui, c'est bien Pascal qui m'encourage à plein poumons en haut du col, ce qui a le don de me donner un bon coup de fouet sur les derniers hectomètres de cette montée. Pascal qui m'accompagne sur le kilomètre suivant, en descente, qui mène jusqu'au prochain ravito. Et là, c'est service trois étoiles. Il me remplit ma poche à eau (qui s'était vidée entre-temps) pendant que je me restaure un peu.
Le soleil commence à déchirer les nuages et à faire son apparition, laissant apparaître les sommets alentours. Je repars pour les dix derniers kilomètres sous les encouragements de Pascal, gonflé à bloc.

yannick serre che

Mais c'est pourtant à partir de là que je vais en baver le plus, face à un faux plat montant sur une piste, qui dure, et qui dure... . Le genre de profil ou la tête se dit qu'il faut courir et où le corps ne peut pas, à moins que ce ne soit l'inverse. Le fait est que j'ai perdu beaucoup de temps sur cette portion pas agréable du tout. Après ce moment délicat, se profile enfin la dernière descente sur Serre-Chevalier. Et là, je m'aperçois que j'ai tout de même pas trop mal géré ma course puisqu'il me reste du jus pour envoyer un peu dans cette descente, ce qui n'est pas le cas de tout le monde, puisque je vais passer une dizaine de coureurs dont certains pas très frais. Pour la première fois sur ce type de course, je ne vais pas finir à l'agonie et vais pouvoir apprécier mon arrivée.

arrivee serre che

Résultat final, 93ème sur 222 classés en 4h28'40'. Surtout, j'ai de nouveau pris un énorme plaisir, même avec ces conditions météo, à courir dans un environnement montagne. Ce type de course est vraiment génial, parce qu'il nous confronte beaucoup plus à nos limites physiques et mentales et qu'il offre des paysages incroyables. Pour finir, juste un énorme merci à Pascal pour sa présence sur le week-end.

Connectez-vous pour commenter

COMMENT
PARTICIPER

participer

Retrouvez toutes les informations pratiques pour organiser correctement votre participation au Pilatrail : comment nous rejoindre, où se loger, où se restaurer...

LIRE LA SUITE

 

 

PARCOURS
DU TRAIL

map

En 2014, la course vous emmènera sur un des lieux emblématiques du Parc Régional du Pilat, les 3 dents. Cela vous offrira une vue grandiose...

LIRE LA SUITE

 

 

RESULTATS
DU TRAIL

resultat

Retrouvez ici les résultats du Pilatrail



LIRE LA SUITE

 

 

 

 

INSTANT
VIDEO

video

Découvrez le Pilatrail de l'intérieur et revivez l'ambiance de notre course lors des années passées

LIRE LA SUITE

 

 

Suivez-nous sur Facebook

Lettre d'information

Envie d'être informé des dernières nouvelles du parcours, conseils de préparation, etc... Inscrivez-vous vite!


Recevoir du HTML ?
catchme refresh

Nos partenaires