PROCHAIN DÉPART LE 04 JUIN 2017, SOIT DANS
mercredi, 21 janvier 2015 00:00

Deux nuits blanches pour le prix d'une!

La nuit blanche de Yves

Pas moins de 1400 participants s'étaient inscrits à cette édition qui affichait "complète" évidement !!! Course de reprise pour certains après les fêtes, 1er trail blanc de nuit pour d'autre ou nostalgie de la Sainté Lyon ...
Vu le monde attendu, nous sommes arrivés de bonne heure !
Fabien Chomez, Thierry Bouton et Philippe et René se rendaient aussi au Bessat ..

nuit blanche Bessat

La neige était présente . Elle était tombée la veille ...Fallait il mettre les Yatrax, nous verrons bien. Si Valéry le "renard" faisait semblant d'être malade, Fred et moi toussions pour de "vrai"et c'est bourré de médoc (pas le marathon que nous prenions le départ. Le matin, j'avais pu testé ma forme en étant déjà essoufflé dans mes escaliers. Ça promettait un beau millésime

Frontales allumées nous prenions le départ en côte. Pas besoin de vous dire qu'une fois la course partie, on se retrouve "flashé" dans tous les sens par des traileurs munis d'"hallogènes" qui vous doublent pleins phares à toutes allures. Départ prudent, je me retrouve vite dans un rythme qui me convient. 1km parcouru j'ai évité les bouchons, l'allure est bonne et je suis sans grande difficulté un groupe en file indienne, la confiance revient ... La neige est juste remuée, elle "gomme" les racines, les caillous. La neige efface les bruits, il fait nuit, on entends à peine les foulées des autres coureurs.Je me "cocoonise"... Les sensations sont toujours bonnes au 5ème km. Je me demande comment est Fred ( il avait de la fièvre ...) La nuit est propice au pensée. Je m'amuse à me dire qu'au même moment Daniel et Karine profite de notre cadeau groupé au restaurant la Pyramide pour leur mariage. Eux aussi, comme moi, ils dégustent.

nuit blanche Bessat1

La course avance vite. Une fois la descente passée, nous attaquons la côte qui sera la seule difficulté de ce parcours raccourci à 12,5km.. Cette fois, j'essaye d'accélérer mais une quinte de toux me rappelle à l'ordre: mon rhume de cette semaine est toujours la, dommage ! je ne mangerai pas le père Pélican que je suppose pas loin.
A la sortie du bois, il nous reste à monter vers le stade qui fait "mal" mais la, surprise! l'organisateur à supprimer cette dernière difficulté. Il ne reste plus qu' à sprinter.. Fred me rejoins (c'est rassurant il a déja fini Un groupe de 8 coureurs est juste devant, j'essaye d'accélérer mais je sens bien que mes poumons vont exploser et termine en 1h05'07 cette édition. Valéry le bougre est 1 min devant et me regarde avec un sourire amusé. Il ne tardera pas à m'envoyer une photo par MMS de lui afin que je me souvienne de lui de "face" maintenant que je ne vois que son dos en course ... Quand à Fred, un grand malade rappelez vous !!! Il termine sa reprise à la 50ème place/ 1400 en 59' min..
Thierry arrive à 2 min en 1h07, Fabien est je crois en 1h11 et notre Athlète René se classe 3ème V3 en 1H20 je crois
Ca y'est. Nous pouvons rentrer !
Eh ben non, Fred a laissé son Buff , ses gants et son bonnet à une bénévole et il y tient à son Buff ( tu m'étonnes moi aussi "j'veux" le même qui fait courir en 59') Nous cherchons donc la dame aux manches fushia. C'est facile à trouver par -3 degrés avec 1400 coureurs... 30 min d'enquête et nous retrouverons ses biens.
Voila, après le grand bluff, vous connaîtrez le grand buff !

 

La nuit blanche de Philippe L.

Samedi 17 janvier 2015, a eu lieu la 6ième édition de la Nuit Blanche du Pilat à Le Bessat.
C'est ma 3ième participation!
J'ai souvent été critique d'abord sur le prix puis sur l'organisation de cette course.
J'y retourne une année sur deux car c'est une rare course dans la région que je connaisse à se dérouler la nuit. Çà c'est un pur plaisir pour moi. Tout y est tellement différent!

nuit blanche bessat3

Mais cette année, je dois reconnaître que cette course m' a procuré beaucoup de plaisir.
En s'y prenant suffisamment tôt le tarif est acceptable, mais surtout l'organisation s'est rodée.

Plus de bousculade dans la salle entre les personnes qui se changent, veulent rester au chaud,celles et ceux qui viennent retirer le dossard.
Dès l'entrée sur le site, le coureur est dirigé, en ayant au préalable consulté son numéro,en fonction de l'état de son dossier, complet ou incomplet.
Le retrait se fait au stand et par tranche de numéro.
Pas de bousculade, et la gentillesse des bénévoles nous invite au pot de bienvenue!
Les épingles sont à disposition et pas de «vous pouvez en prendre 2, pas plus!»

Déjà là, je sens la différence et ne ressens aucun «stress» pour la suite.
Dossard à la main, je me dirige vers ma voiture pour finir de me préparer.
En route, je passe 5 minutes à discuter avec Florian, là pour le travail.
Footing jusqu'à ce qui sera le terrain de jeu du départ, je papote avec des gens qui se demandent si les chaînes ou autres moyens sont nécessaires.
Il est vrai que sur la route, qui sera aussi le chemin de l'arrivée, c'est plutôt glissant et donc piègeux.

L'échauffement sur le circuit montrera que l'équipement est inutile. La neige est présente, oui mesdames et messieurs, c'est pas pour rien que cette course s'appelle la Nuit Blanche! Non ce n'est pas son clair de lune mais bien de la neige, l'or blanc, dont il s'agit.
Elle est tombée, la veille mais elle est là!!
Pas partout , ni de manière uniforme sur le parcours mais là quand même!

Plus que 10 minutes avant l'heure du départ, je me rends sur l'ère où le bang retentira.
Là par contre ça se bouscule, mais n'est ce pas une constante dans la course hors stade et quand on est pas élite?
Je trouve une place à 4m de la ligne et ne force pas plus le passage.
Les minutes passent et toujours rien, pas de bang.
Déjà 10mn que nous devrions être partis, l'échauffement est consommé, et les pieds commencent à être froid.
Ça râle, s'impatiente!
Pas d'explication, la sono est minable,si il y en a une.On est en droit de se le demander.
Tout à coup je vois bouger devant, bien au delà de ce qui représente la ligne de départ.
Le départ a du être donné mais personne autour, ni devant n'a entendu quoi que ce soit.
La course est lancée.

nuit blanche bessat2

Le départ de la Nuit Blanche est particulier dans le sens où il se fait sur un terrain large, légèrement montant, pas damé, puis très vite tout se resserre dans un virage descendant qui ramène à quelques mètres du départ pour ensuite s'ouvrir sur la première allée forestière. Beaucoup de bousculade, ça joue des coudes, pousse les gens qui marchent (nous sommes dans une course pas dans une randonnée bon sang, même si l'attente à été longue voir trop longue! courez!).
Prendre mon rythme, reprendre l'échauffement, ne pas s'emballer, ne pas se laisser bousculer, voilà le premier kilomètre.
Déjà, en haut de la cote, les longues minutes d'attente sur la ligne de départ et une mauvaise gestion des premières foulées laissent des coureurs à bout de souffle, à l'arrêt pour quelques minutes de récupération.
La neige est moins présente en sous bois, le tassement par les premiers laisse une trace parfois plus glissante et le choix de courir sur le côté permet plus de stabilité.
Mais attention! La neige est présente, couvre les pierres mais pas suffisante pour les ensevelir.
Malheureusement, des coureurs se feront piéger et y laisseront une cheville ou autre.
Dans une montée je me fais doubler.
Ça, ce n'est pas une surprise,mais par un berger allemand.
Oui, le chien!
Pas un monsieur de nationalité Allemande et berger de profession.
Non, il ne me course pas pour être passé trop prêt de son territoire ou ce qu'il croit être sien.
Y a des gens désespérant, vous croyez pas ? Il faut tout leur préciser (.....)
Au bout de la laisse son maître le guide: ralentir, doubler, passer à droite à gauche et cela sans gêner!!
C'est une première pour moi hors cross canin que j'ai pratiqué.
Un couple que je retrouverai qu'à l'arrivée.
Bravo à eux!

La course se poursuit à mon rythme.
Dans la descente je rejoins un groupe avec qui j'étais parti. Une gentille arsouille (ça rappelle la moto mmm!!) se met en place, jusqu'à la prochaine montée, le petit passage à guet.
Depuis déjà un moment la neige s'est mise à tomber. Au début je pensais à des chutes depuis les arbres mais je me rends à l'évidence: il neige.
Cela sera une «providence» pour l'arrivée où la route piégeuse est couverte d'un léger manteau permettant une meilleure adhérence!
Je ne sais pas depuis combien de temps le départ est donné, combien de kilomètres encore à parcourir, mais ce n'est que plaisir et surprise!
Surpris, de voir au milieu de nul part, sur un 14km, un ravitaillement.
Oui, un ravitaillement qui semble, d'après ce que j'entends et son succès, bien garni, bien accueilli.
Un peu plus loin, devant moi je sens comme de l'hésitation à s'engager, du ralentissement.
Que se passe t il ?
Je vous le donne en mille ! De la boue, de l'eau bien froide sur quelques mètres !!
Ça rappelle, il y a un peu plus d'un mois, la SaintéLyon et aussi quelques sorties dominicales avec le JCV. Non ?
Allez, faut y aller ! Mmmm c'est frais, lourd !!
A la sortie des encouragements et les « plus que » bien présents.
Mais ils n'ont pas la même consonance qu'il y a un mois.
Ce qui est me fait même sourire, c'est qu'ils ne sont pas d'accord sur le reste à parcourir.
Un TGV sorti de nul part double, avec un gros sac de randonnée. Bon sang, il vient d'où, il va où à ce rythme ?
J'accélère, pas possible de suivre je vais me griller et si en plus, comme les autres années, il faut repasser par le terrain du départ , ça ne va pas le faire.
Non, nous ne passons pas par la descente du départ.
Donc c'est la route jusqu'au bout, rendue plus stable par la neige tombée.
Je rattrape le TGV, le double et le lâche avec, il ne faut pas se le cacher, une certaine satisfaction.
Mais je me rends compte que je ne suis pas le seul à avoir fait l'effort et entends un souffle derrière moi. Mince il faut ré accélérer. Çà le fait et entends le souffle s'éloigner puis plus rien. Au croisement, avant l'arrivée, je suis seul.
Mon poursuivant sera classé devant, car le classement se fait au pointage par raquette RFID sur 2 files. Ce n'est pas grave, pour nous mais peut être que pour d'autres les enjeux sont différents, et certainement pas la faute des bénévoles.
Sur le chemin qui nous mène vers le ravitaillement d'arrivée nous en rigolons.
Monsieur TGV nous rejoins, les derniers 100 m de montée ont été fatale.
Les bénévoles continuent, avec le sourire et gentillesse, de s'occuper de nous en nous enlevant proprement nos dossards et nous offrant un verre réutilisable.
Le ravitaillement d'arrivée est comme pour le retrait des dossards, plus fluide qu'à l'accoutumé.
Les tentes protègent les bénévoles, mais ne peuvent servir aux coureurs d'abris. Ils ne restent pas agglutinés rendant difficile l'accès au ravitaillement varié et riche.
L'animateur s'amuse. Il lance une tombola. « Celui qui me ramène... » gagnera une lampe ou un buff ou ..... Il faudra ramener une chaussure ou une boucle d'oreille d'une participante ou du chocolat... il a faim.
Il est temps pour moi de redescendre dans la vallée.
La neige tombée rendra la descente plus difficile, mais depuis le temps qu'elle est attendue, nous n'allons pas nous plaindre, non ?
Alors que pour moi à la maison tout est rangé, plus que la douche à prendre, mon téléphone me dit que j'ai un message.
Je regarde, un SMS de l'organisation me donnant mon temps et mon classement scratch
Ouah ! La classe !!
Pas mon temps ou ma place !
Irrécupérable, vous êtes. Si si je vous entends !
Mais l'envoi à chacun d'un SMS!!!

Bravo à l'organisation, aux bénévoles pour cette édition.

Pour les prochaines, faire un effort sur le départ par exemple et si cela est possible amener le parcours vers des lieux avec vue panoramique même si la forêt est très plaisante par l'abri au vent qu'elle procure et son ambiance.

Connectez-vous pour commenter

COMMENT
PARTICIPER

participer

Retrouvez toutes les informations pratiques pour organiser correctement votre participation au Pilatrail : comment nous rejoindre, où se loger, où se restaurer...

LIRE LA SUITE

 

 

PARCOURS
DU TRAIL

map

En 2014, la course vous emmènera sur un des lieux emblématiques du Parc Régional du Pilat, les 3 dents. Cela vous offrira une vue grandiose...

LIRE LA SUITE

 

 

RESULTATS
DU TRAIL

resultat

Retrouvez ici les résultats du Pilatrail



LIRE LA SUITE

 

 

 

 

INSTANT
VIDEO

video

Découvrez le Pilatrail de l'intérieur et revivez l'ambiance de notre course lors des années passées

LIRE LA SUITE

 

 

Suivez-nous sur Facebook

Lettre d'information

Envie d'être informé des dernières nouvelles du parcours, conseils de préparation, etc... Inscrivez-vous vite!


Recevoir du HTML ?
catchme refresh

Nos partenaires